Viteos

Menu
default

Cyanobactéries dans le lac: aucun danger pour l’eau potable​

Fin juillet, des cyanobactéries ont fait leur apparition dans le lac de Neuchâtel, causant le décès de six chiens à l’embouchure de l’Areuse. L’interdiction de baignade a été levée, mais les autorités neuchâteloises ont lancé un appel à la prudence, notamment pour les jeunes enfants et les animaux domestiques, qui pourraient ingérer ces algues lors des baignades. En revanche, il n’y a aucun risque de contamination de l’eau potable.

La prolifération de cyanobactéries est un phénomène saisonnier naturel, en particulier en cas de fortes chaleurs dans les endroits à faible profondeur et avec peu de courant. Ces algues restent en surface ou descendent très peu, l’eau potable n’est donc pas concernée par ce problème. En effet, la prise d’eau s’effectue à 600 mètres du rivage et à 60 mètres de profondeur, et non en surface où les cyanobactéries peuvent être présentes. En outre, un système de traitement a été mis en place de manière provisoire aux Valangines, durant les travaux de la station de Champ-Bougin. Une ultrafiltration (UF) et une injection de chlore permettent ainsi en tout temps de contrôler la situation. Des analyses hebdomadaires sont aussi effectuées pour s’assurer de la qualité de l’eau potable distribuée. À ce jour, aucune anomalie n’a été détectée dans l’eau provenant du lac.

Partager ce contenu

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp